Le colloque du lundi 7 novembre à la maison de l’Unesco, a été très riches dans les échanges, avec tous ces intervenants de qualité, qui ont pu donner des éléments pertinents sur la parentalité et les conduites à risques de nos jeunes . En particulier, Daniel MARCELLI, dont ses discours me plaisent, ainsi que Jean-Pascal Assailly, tous duex spécialistes de l’enfant et l’adolescent (psychiatre, psychologue et chercheur)

Pendant cette journée, les résultats de deux études (ipsos) ont mis en avant que les parents restaient les 1er modèles pour leur enfant au volant mais aussi dans certaines conduites à risque.
En effet, nos enfants deviennent des tours de contrôle en voiture, ils observent nos comportement (respect du code de la route, téléphone au volant, incivilité…)

Les trajets en voiture sont des temps partagés entre l’enfant et le parent, et ont voit bien d’après les statistiques que nos enfants les aiment. Cela permet d’échanger avec nos enfants, de rétablir des règles, transmettre de l’information, faire de la prévention, et être tout simplement avec le parent…

Ces temps de convivialité en voiture, vont être d’après Mr Marcelli, des caisses de résonance de l’histoire et la transmission familiale. En effet, on le voit bien que nos enfants ou adolescents ont souvent les oreilles qui traînent lorsque nous, parent, échangeons sur des sujets importants ou pas entre nous. Mais, ça peut être aussi des informations sur la famille transmise ou de se faire des remarques entre époux (« Attention roule doucement! « ha tu m’énerve! »..) avec certaines émotions mis en avant (où l’enfant découvrira une autre facette du parent).

De plus,cette voiture va être ce fameux laboratoire pour l’éducation, en effet, la conduite va s’apprendre durant la jeunesse depuis la banquette arrière familiale et les comportements, exemplaire ou non, des parents sont très souvent reproduits par leur enfants quand ils ont se retrouver derrière le volant. Si votre père ou votre mère avait tendance à insulter les conducteurs, il y a de fortes chances qu’on adopte le même comportement, ou l’inverse s’ils était prudent il est vraisemblable qu’on roulera très tranquillement.

Même dans la prise de soin de nos enfants,lors de la sécurité routière,cela va avoir un impact sur la sphère éducatif. A savoir que 22% des parents ne vérifient pas que leur enfants sont attaché en voiture. Daniel Marcelli a dit lors de ce colloque que « le réceptacle de la voiture est une référence de la prise de soin des parents à leur enfant »

Je vous laisse lire quelques résultats de ces études sur le lien que je publie ci-dessous.

Attention parent! vous avez une influence à tout les niveaux.